publicité

PSA Charleville : 100 postes seraient supprimés

La restructuration prévue à Charleville pourrait coûter plus cher en terme d'emplois.

  • SJ et JN
  • Publié le 13/07/2012 | 10:47, mis à jour le 29/10/2012 | 16:41

PSA a annoncé jeudi 12 juillet, un plan social pour 8 000 salariés. Si les sites de Rennes et Aulnay seront les plus touchés, celui des Ayvelles pourrait lui aussi perdre des salariés.

Un plan, en cours actuellement, prévoit déjà le reclassement de 50 postes. Il pourrait y en avoir 50 de plus. La direction mise sur des départs volontaires. Un comité d'entreprise extraordinaire se réunit aujourd'hui à 8 heures, pour en savoir plus.

Les élus et le personnel de PSA Peugeot Citroën,  premier employeur de la région, sont en alerte maximum. L'arrêt de la production annoncée, par la direction, à l'usine d'Aulnay-Sous-Bois, a fait l'effet d'une bombe. 2242 personnes travaillent à PSA Charleville. Et les résultats annoncés pour le premier semestre 2012 ne laissent rien présager de bon. Soit une chute de 15,2% des ventes européennes.

Si l'annonce de la supression de ces 100 postes se confirmait, elle ne ferait qu'amplifier les supressions d'emplois entammées depuis les années 90. PSA Peugeot Citroën Charleville comptait alors 3000 salariés.

Le site reste malgré tout concurrentiel

La fonderie de Charleville produit chaque jour 261 tonnes de pièces en fonte (pivots de direction, longerons, supports de traverse, bras de suspension, boîtiers différentiels) et 157 tonnes de pièces en alliage d'aluminium (culasses, éléments de liaison au sol, supports moteurs).

Ces pièces sont ensuite dirigées vers les unités d'usinage et d'assemblage du groupe.

Sa plus grande fierté est de se voir confier la production de pièces d'avant-garde selon le  procédé dit à modèle perdu (PMP). 3450 culasses sont ainsi fabriquées chaque jour dans la fonderie ardennaise. En volume, il s'agit de la plus grande capacité de production de culasses en Europe. Cette niche confortable, construite en partenariat avec BMW, lui permet de rester, pour l'instant, à l'abrît de la concurrence.

 


PSA : inquiétudes sur le site des Ayvelles par France3-Champagne-Ardenne

les + lus

les + partagés