publicité

L'autopsie confirme la mort accidentelle d'Enzo

L'hypothèse privilégiée est donc bien celle d'un décès accidentel consécutif à une chute dans la rivière Meuse.

  • LG / AL / MM
  • Publié le 25/12/2011 | 18:01
© M. Movsissian - France 3 Champagne-Ardenne
© M. Movsissian - France 3 Champagne-Ardenne
video title

Harréville-lès-Ch. : Le corps d'Enzo retrouvé

Le corps humain retrouvé samedi dans la Meuse est bien celui d'Enzo, ce garçon de deux ans porté disparu depuis jeudi après-midi.

video title

Harréville : le point sur l'enquête (12:00)

Les recherches pour retrouver Enzo, le petit garçon de deux ans disparu depuis ce jeudi après-midi ont repris ce samedi matin à Harréville-les-Chanteurs (52) après une interruption dans la nuit.

video title

Harréville : Le point sur la disparition d'Enzo

Les gendarmes et le parquet privilégient la thèse de la chute dans la Meuse. Chaque heure qui passe augmente l'inquiétude et dans l'hypothèse d'une chute dans la rivière, les chances s'amenuisent vite.

video title

Harréville-les-Chanteurs : les hypothèses

Les gendarmes et le parquet privilégient la thèse de la chute dans la Meuse. Chaque heure qui passe augmente l'inquiétude et dans l'hypothèse d'une chute dans la rivière, les chances s'amenuisent vite. A cet endroit, la Meuse a une profondeur de 2,5 à 3 mètres et la rivière qui est en crue.

video title

Harréville-les-Chanteurs : Disparition d'Enzo

Le jeune garçon a disparu depuis la fin de journée de ce jeudi aux alentours d'un dépôt-vente où travaille sa maman. Un important dispositif de recherches a été déployé à Harréville-les-Chanteurs (52) afin de tenter de retrouver au plus vite le garçonnet.

L'autopsie du corps a été effectuée ce dimanche matin. Elle n'a révélé aucune trace de violence, ni de choc extérieur, avec un véhicule par exemple. Aucun signe d'agression sexuelle et aucune marque d'empoignement, qui aurait pu indiquer que l'enfant aurait pu être poussé, n'ont été détectés, a déclaré François Prélot, le procureur de Chaumont.

L'hypothèse privilégiée est donc celle d'un décès accidentel consécutif à une chute dans la rivière, a ajouté M. Prélot, qui a assisté à l'autopsie pratiquée à l'institut médico-légal de Dijon.

Le corps a été retrouvé "dans l'eau, à 400 mètres en aval du pont, dans un endroit où il y a des roseaux et de la boue", avait auparavant indiqué M. Weimer, précisant qu'il s'agissait d'un endroit "distinct" de celui où un hélicoptère de la gendarmerie avait repéré un peu plus tôt une "forme de corps", situé, lui, à 800 mètres en aval du pont.

Trois chiens renifleurs avaient remonté vendredi sa piste jusqu'à un pont enjambant la Meuse à quelques centaines de mètres du magasin. Le corps du petit garçon, qui portait encore son anorak bleu orné d'un motif du dessin animé "Cars", a été retrouvé 400 mètres en aval de ce pont.

Le petit garçon avait échappé à la vigilance de sa mère, gérante d'un dépôt-vente dans ce village de 300 habitants, jeudi en fin d'après-midi. Il avait l'habitude de circuler entre le magasin de sa mère et le garage de son grand-père, situé juste à côté.

Le corps a été transporté par hélicoptère à l'institut médico-légal de Dijon où il a été autopsié ce dimanche 25 décembre. Rien dans les premiers éléments ne permet d'envisager des violences extérieures. L'autopsie n'a révélé aucune trace de violence, ni de choc extérieur, avec un véhicule par exemple. Aucun signe d'agression sexuelle et aucune marque d'empoignement, qui aurait pu indiquer que l'enfant aurait pu être poussé, n'ont été détectés indique François Prélot (procureur de Chaumont). Le cadavre avait déjà été examiné sur place par deux médecins légistes.

L'officier de communication de la région de gendarmerie de Champagne-Ardenne, Nicolas Weimer, a confirmé que la veste retrouvée sur le corps porte le motif rouge du dessin animé "Cars", le même que celui qu'arborait le garçonnet au moment de sa disparition, à Harréville-les-Chanteurs (52).

Un plongeur est sur place et deux autres devaient être dépêchés sur les lieux, où la police technique et scientifique subaquatique devait démarrer ses analyses. "Un technicien en investigation criminelle est également sur place", a précisé M. Weimer.

La famille d'Enzo est prise en charge par une cellule de crise psychologique.

Le procureur de Chaumont, François Prélot, et le Préfet de Haute-Marne, Claude Morel, étaient attendus sur les lieux.

Les alentours immédiats du pont avaient été explorés dès vendredi par des plongeurs,

jusqu'au lit du fleuve à près de 3 mètres de profondeur, mais en vain.

Les recherches, qui ont mobilisé jusqu'à 150 gendarmes, pompiers et habitants

depuis jeudi soir, avaient repris samedi matin, avec notamment une dizaine d'enquêteurs

de la section de recherche de la gendarmerie de Reims.

Vidéos

Les reportages de France 3 Champagne-Ardenne

les + lus

les + partagés