publicité

Journée nationale de la déportation

Ce dimanche 29 Avril est la journée nationale du souvenir des héros et victimes de la déportation.

  • C. J.
  • Publié le 29/04/2012 | 22:23
© France 3 Champagne Ardenne
© France 3 Champagne Ardenne
video title

Journée nationale de la déportation

Ce dimanche, c'était la "Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation". Cette journée a été fixée au dernier dimanche du mois d'Avril, par une loi de 1954. Reportage à Vitry-le-François, où Mme Gisèle Probst, résistante déportée, a assisté à la commémoration.

Il aura fallu attendre jusqu'en 1954 pour qu'une célébration nationale honore la mémoire des victimes et des héros de la déportation dans les camps de concentration pendant la guerre de 1939-1945.

Une cérémonie commémorative avait lieu ce matin à Vitry le François en présence de l'ancienne résistante déportée : Gisèle Probst
<< Voir le reportage d'Amanda Chaparro ( Rédactrice) et Isabelle Griffon(JRI)

La "Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation" a été fixée au dernier dimanche d'Avril, en raison de la proximité de cette date avec celle de la libération des camps de concentration. 

Lors de ces cérémonies officielles, le souvenir des souffrances et des tortures subies par les déportés est évoqué, et hommage est rendu au courage et à l'héroïsme de ceux et celles qui en furent victimes.

image_73674235.jpg

Madame Gisèle Probst a seulement 20 ans lorqu'elle est arrêtée par la Gestapo le 17 Octobre 1943 avec une quarantaine de personnes, dont son père et sa belle-mère, suite à une dénonciation. Son mari a été arrêté à Toulouse et torturé.

Le couple avait une petite fille d'un an restée avec sa grand-mère.

Résistante de la première heure, comme toute sa famille, Gisèle Probst était agent de liaison et de renseignement du Réseau Mithridate, l'un des plus important réseau de renseignements militaires franco-britannique.

Après avoir subi des interrogatoires, elle a été emmenée au Camp de Royalieu (près de Compiègne), et déportée au camp de Ravensbrück le 3 Février 1944. Elle a ensuite été envoyée près de Leipzig avec d'autres déportées dans une usine de munitions, puis de fabrication de cartouches, et enfin de déblayage d'usines bombardées.

Libérée le 21 Avril 45 par les soldats Russes, elle a rejoint un centre de rapatriement qui l'a fait revenir en avion jusqu'au Bourget. Après avoir transité par un centre d'accueil à Paris, est a finalement retrouvé sa fille et sa mère. 

Sa belle-mère Rose Probst, est morte gazée à Ravensebruck en Février 1945.

Son père Maurice Goujard, est mort en déportation au printemps 1945 à Flossembürg.

Son frère Pierre Goujard, a lui aussi été résistant dans le réseau "Mithridate" comme agent de renseignement.

Gisèle Prost est Commandeur de la Légion d'honneur.

Le Réseau Mithridate:

Créé en août 1940 mais rattaché au Bureau Central de Renseignement et d'Action en janvier 1942 seulement.

Son activité fut très importante et, avec son sous-réseau Alouette, Mithridate totalise 1.987 agents homologués dont 127 moururent pour la France et 208 furent déportés ou internés mais rentrèrent vivants.

les + lus

les + partagés